Du lundi au vendredi 09:00 - 12:00 / 14:00 -17:00
09 71 42 19 53
contact@gdfosp66.com
Résidence Dauder de Selva Bât. 4 - 15 Rue du Petit Saint-Christophe 66000 Perpignan
09 71 42 19 53

Avec FO, pour protéger nos droits et en gagner

Les mesures de restriction ne font pas taire les travailleurs qui, avec FO, luttent pour leurs droits, y compris par des grèves et des manifestations. D’autant plus que les attaques, notamment contre les emplois et les salaires, et souvent au prétexte de la Covid, ne faiblissent pas. De son côté l’exécutif s’entête à des réformes synonymes de recul social, notamment par un affaissement de protection pour les plus modestes. Il vise aussi toujours les services publics, essentiels à la collectivité et dont la crise a prouvé qu’ils nécessitent des moyens à la hauteur de leurs besoins.

loi 4d 3d

Réforme de l’État : elle se poursuit malgré la crise

Dans le cadre de la nouvelle OTE (organisation territoriale de l’État), une circulaire du Premier ministre portait en mars sur la déconcentration de la gestion budgétaire et des ressources humaines au niveau départemental. Les directions départementales interministérielles (DDI) sont visées, avec le risque de  verser les agents dans un programme budgétaire unique géré par le ministère de l’Intérieur, alerte la FEETS-FO, contestant les secrétariats généraux communs aux DDI et préfectures. Par ailleurs, une loi de simplification des expérimentations des collectivités locales, affirmant le principe de la différenciation territoriale, a été adoptée le 16 mars. Une entrée en matière pour le projet 4D (différenciation, décentralisation, déconcentration et dé complexification) qui sera présenté en Conseil des ministres mi-avril. La réforme de l’État se poursuit…

Le non à un projet "inacceptable"

Face aux protestations, dont celle de la FNEC FP-FO, le gouvernement a dû renoncer au transfert de la santé scolaire (dont la gestion des médecins et infirmiers) aux collectivités locales. Mais le projet 4D prévoit toujours expérimentations et transferts, complets ou partiels, de missions, dans moult secteurs (routes nationales, transports, environnement, urbanisme…). Dans le cadre d’une expérimentation de trois ans, les adjoints-gestionnaires des EPLE (établissements publics locaux d’enseignement) seraient ainsi placés sous une double tutelle État/collectivités.

Le 17 mars, lors d’un Conseil supérieur de la fonction publique territoriale, tous les syndicats, dont FO, ont voté contre le projet 4D (hormis la CFDT qui s’est abstenue).

Le 22 mars, lors du conseil supérieur, versant État, FO a une nouvelle fois voté contre ce projet « inacceptable » qui confirme un peu plus le désengagement de l’État sur les politiques publiques.

VALÉRIE FORGERONT

Le télétravail s’essouffle

Alors que des mesures de restriction ont débuté le 3 avril et pour quatre semaines sur le territoire métropolitain, l’exécutif a redit l’importance qu’il accorde au télétravail, qui devra être « systématisé ». Mais les chiffres du télétravail fléchissent. Selon la Dares (ministère du Travail), le nombre de personnes en télétravail toute la semaine a encore diminué en février. Durant ce mois, 26 % des salariés étaient en télétravail au moins un jour par semaine et seulement 31 % ont télétravaillé 5 jours sur 5, contre 34 % en janvier et 44 % en novembre 2020.

Aucune obligation faite à l’employeur

Si, indique l’exécutif, le télétravail doit être « la règle » − et peut faire l’objet de contrôles et de sanctions −, aucune loi n’impose toutefois à l’employeur de placer ses salariés en télétravail. Le 1er avril sur France Info, le secrétaire général de la confédération, Yves Veyrier, indiquait :  Si le télétravail est le moyen d’éviter de se contaminer ou de contaminer les autres, à chaque fois qu’on peut le mettre en œuvre il faut le mettre en œuvre. Et le télétravail n’ayant pas lieu dans un cadre forcément aisé pour les salariés, il appelait les employeurs à être  tolérants avec le rythme de travail, la productivité….

MAUD CARLUS

Crise sanitaire : la Cour des comptes explore les leçons à en tirer

Elle évoquera la situation des finances publiques à la mi-avril. Pour son rapport annuel 2021, la Cour des comptes se concentre sur la crise sanitaire et ses conséquences. Elle salue les efforts d’adaptation des services publics qui ont assuré une continuité de fonctionnement. Elle souligne la rapidité de mise en place des mesures d’urgence (chômage partiel, fonds de solidarité…), appelant toutefois à mieux contrôler les aides publiques aux entreprises et à prévoir « au besoin des sanctions ». Mais plus largement, le rapport tacle sévèrement la sphère publique pour son impréparation face à la crise. Dans la plupart des cas, les dispositifs d’anticipation (…) n’étaient pas au rendez-vous. On repense alors à l’austérité imposée aux dépenses publiques en amont de la crise et son lot de réformes structurelles, parfois demandées par la Cour… Le rapport déplore l’insuffisance d’outils numériques permettant aux établissements scolaires d’assurer l’enseignement à distance ou encore le manque de préparation des services hospitaliers de réanimation et soins critiques, affichant un taux d’équipement dégradé et une « forte tension » sur les effectifs. Une situation que dénonçait FO bien avant l’épidémie.

Pour FO, la menace d’un nouveau pas vers l’étatisation

Pour l’Assurance chômage, la Cour préconise une une trajectoire financière à définir et une gouvernance à revoir, en précisant les rôles respectifs des partenaires sociaux et de l’État. Il faut encore, écrit-elle, déterminer la part de la dette relevant du régime, et  y affecter une ressource spécifique, et celle qui doit être reprise par l’État, une part de la dette du régime étant liée à sa  mobilisation en faveur du soutien des entreprises et des emplois pendant la crise sanitaire. FO, qui a contesté la décision de l’exécutif de lester les comptes sociaux de dépenses liées à la crise sanitaire, s’oppose à des dispositions qui conduiraient à intégrer les comptes de l’Assurance chômage et des caisses de retraite complémentaire au PLFSS. Ce serait un  pas supplémentaire allant dans le sens d’une étatisation de l’ensemble de la protection sociale, s’insurge la confédération, qui, adressant un courrier le 26 mars à la ministre du Travail, a réitéré sa demande d’un abandon de la réforme de l’Assurance chômage.

VALÉRIE FORGERONT

Maud CARLUS

Valérie FORGERONT Journaliste à L’inFO militante

Webmaster

Webmaster du site FO Territoriaux 66

Laisser un commentaire

Le Site FO Territoriaux 66 utilise des des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En poursuivant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

FO Territoriaux 66 utilise les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services