Du lundi au vendredi 09:00 - 12:00 / 14:00 -17:00
09 71 42 19 53
contact@gdfosp66.com
Résidence Dauder de Selva Bât. 4 - 15 Rue du Petit Saint-Christophe 66000 Perpignan
09 71 42 19 53

Intervention d’Yves Veyrier, secrétaire général de FO sur France Info du 10 décembre 2020

Le gouvernement a élargi, via trois récents décrets, le champ des données personnelles que peuvent recueillir les forces de l’ordre. La mesure vise les personnes ou associations soupçonnées “d’atteinte à la sûreté de l’État”. Le secrétaire général de Force ouvrière, Yves Veyrier, a exprimé sa “stupéfaction” et ses “inquiétudes” notamment sur la possibilité de ficher des personnes pour “appartenance syndicale”, dans un courrier à la ministre du Travail. “On a le sentiment qu’on stigmatise l’action syndicale”, a expliqué le syndicaliste, jeudi 10 décembre sur franceinfo.

Interview d’Yves Veyrier sur France Info le 10 décembre 2020

franceinfo : Le terme activité syndicale a été remplacé par appartenance. Était-ce nécessaire ?

Yves Veyrier : Nous n’avons nullement été informé, nous découvrons fortuitement cette modification qui n’est pas sans signification. J’ai insisté sur le lien entre activité syndicale, qui devient l’appartenance, et on y ajoute les personnes morales, c’est-à-dire le syndicat lui-même. Ce qui m’inquiète c’est qu’on a le sentiment qu’on stigmatise l’action syndicale, le fait d’être adhérent d’un syndicat laisserait penser que cela pourrait être associé à des impératifs de sécurité intérieure, de lutte contre le terrorisme, de violences urbaines. Il faut que le gouvernement cesse de jouer avec le feu.

Gérald Darmanin a déclaré qu’il fallait savoir qui on surveille. Qu’en pensez-vous ?

Je suis assez frappé par les derniers termes que je viens d’entendre de sa part. Je me suis adressé à la ministre du Travail parce qu’il y a deux aspects importants dans l’un des décrets. On passe d’activité à opinion ou conviction. On nous dit que c’est dans le RGPD [Réglement général européen sur la protection des données], mais il protège du risque d’être mis en cause du point de vue de ses données personnelles en raison de ses opinions.

Peut-on surveiller tout le monde ?

N’importe qui n’a pas à être surveillé. On surveille des gens dont on suppose qu’ils sont potentiellement impliqués dans des actes délictueux quels qu’ils soient. Cela fait partie de l’organisation de la sécurité, mais sous le contrôle de la justice. C’est là aussi un problème avec ces fichiers. Qui contrôle qui on met dans ces fichiers, dans quelles conditions et pour quelles raisons. Compte tenu des circonstances, il faut qu’ils soient retirés au moins sur les aspects sur lesquels j’ai attiré l’attention de la ministre.

A lire également : FO S’inquiète De La Possibilité De Fichage Par Le Ministère De L’Intérieur D’individus Pour “Appartenance Syndicale”

Webmaster

Webmaster du site FO Territoriaux 66

Laisser un commentaire

Le Site FO Territoriaux 66 utilise des des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En poursuivant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

FO Territoriaux 66 utilise les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil.

Veuillez noter que les cookies essentiels sont indispensables au fonctionnement du site, et qu’ils ne peuvent pas être désactivés.

Pour utiliser ce site Web, nous utilisons les cookies suivant qui sont techniquement nécessaires
  • wordpress_test_cookie
  • wordpress_logged_in_
  • wordpress_sec

Refuser tous les services
Accepter tous les services